samedi 10 juin 2017

Chronique - Les Lutins urbains : le péril Groumf



Lutins Urbains: Le péril Groumf (tome 4)

Roman jeunesse

Auteur: Renaud Marhic
Maison d'édition: P'tit louis (collection: romans jeunesse)

Date de sortit: 2017
Nombres de pages: 187
Prix: 9€

Synopsis: On les croyait disparus à jamais, chassés de nos contrées par la modernité.Erreur ! On peut bien avoir construit des villes à la campagne, les lutins se sont faits urbains !Et ils n’ont rien perdu de leurs pouvoirs d’agaceries, tracasseries, et espiègleries….
On a volé le jouet préféré du pacha-héritier ! C’
'est en visite dans la Grosse Cité que le jeune prince du Pépettochistan a été dévalisé. Du coup, son père menace de déclencher la 3e Guerre mondiale si le responsable n’est pas retrouvé…. Voilà un travail pour Gustave Flicman. Car selon les autorités, aucun doute : encore un coup des Lutins Urbains ! De retour à l’'Université d'’Onirie, c’est pourtant un tout autre voleur que notre héros découvre… l'’étrange coupable et son complice, Le Troll, ne tardent pas à quitter la ville. En voiture Simone ! Gustave décide de suivre le duo. Il ne sait pas que l'’attend le plus fou, le plus périlleux des voyages qu’il n’ait jamais imaginé….


Mon avis: Premièrement je tiens à remercier l'auteur de m'avoir envoyé son livre, et de m'avoir fait confiance,pour la deuxième fois, pour lire et chroniquer son livre. Alors ça dit vous savez peut être déjà mon avis sur les tomes 2 et 3, je les avaient juste adorer, agréable à lire, très drôle et nous transportant dans un monde à la fois familier mais en même temps magique. Mais le point fort de ces livres est vraiment l'humour avec notamment les petits «psssit». Vous ne connaissez pas les «psssit» ben allez lire les livres. Non je rigole, vous devez allez lire les livres mais avant je vais vous expliquer brièvement ce que sont les «psssit» ce sont des genres d'annotations de l'auteur en bas de page, certaine fois elles sont sensé logique tout ça, puis des fois l'auteur nous raconte des trucs hors sujet ou nous racontes des petites anecdote sur ses personnes, tout ça étant hilarant.

Donc comme vous vous en doutez en commençant ce livre je m'attendais a rire et je n'ai pas été déçu entre les «psssit» et les petites référence au marque déformé que fait l'auteur, surtout une qui m'a fait me questionner pendant toute la lecture du roman et même après, un pays s'appelle le «Pépettochistan», et j'hésitais sur le faîtes que ça vient des gâteau les Pépito, ou sur une ville que j'avais vus en histoire qui finissais pareil, résultat j'ai demandée à l'auteur et j'avais tort, je vous laisse devinez ce que ça voulais dire.;)

L'histoire avec Gustave est super, vraiment ce personnage est très attachant et ça m'arrive de me reconnaître en lui, il a cette façon de ne pas vouloir dire quelque chose mais de finir par le dire sans faire exprès, et le faite qu'il croît en tout, même en des lutins alors que beaucoup n'y croient pas. Les quelques apparition du professeur avec son apprenti sont géniales, les deux personnages son attachants et drôle. Mais contrairement aux tomes précédents ça l'a moins fait pour moi au niveau des lutins (là du Groumf) je n'ai pas réussi a les apprécier, le lutins l'accompagnant étant celui que j'aimais le moins n'a pas arrangé la chose. La lecture a tout de même était vraiment très bien, même si pour moi elle est un peu en dessous des tomes précédent, parce que j'avais adorer les lutins principaux (en plus on voit le nain jaune a un moment dans ce tome et lui je l'adore vraiment).


Je conseille tout de même cette saga a tout le monde, les petits comme les grands, les plus jeunes seront ravis de rencontrer ces lutins et ce monde, et les plus vieux pourront rire a des petites références que leur cadet ne comprendrons pas forcément.



samedi 13 mai 2017


Struck: Comment foudroyer sa réputation en un éclair.

«[…] parce qu'une vie qui n'a aucun sens sans ambition ni projet, sans rêves ni objectifs, n'est pas une vie qui mérite d'être vécue.»

Roman jeunesse.


Auteur: Chris Colfer
Maison d'édition: Michel Lafon
Date de sortit: 15 mai 2013
Nombres de pages: 370
Prix: 15,95€

Synopsis: Clover, c'est l'enfer sur terre. Et c'est dans cette ville perdue au milieu de nulle part que Carson est coincé avec sa mère, une déglinguée sous médocs. Il n'a qu'une chose en tête: s'échapper de là au plus vite pour l'université de Northwestern, et commencer une brillante carrière de journaliste. Seulement, pour y être admis, il doit créer un magazine littéraire.
Vaste entreprise que de motiver ses camarades qui ne s'intéressent qu'à l'écriture de textos! Une seule solution pour les impliquer dans le projet: le chantage. Qu'arriverait-il si le beau gosse du lycée apprenait que sa petite copine pom-pom girl couche avec le coach dans son dos? Ou que la première de la classe n'hésite pas à envoyer des photos d'elle nue à n'importe qui sur internet? Mais à force de jouer les corbeaux, Carson risque de se brûler les ailes…

Mon avis: Ce livre m'a été recommandé à mainte reprise par Alicia du blog Papillon Voyageur. Je voulais donc le lire, et je m'attendais à un super livre. Je n'est pas été déçu. L'auteur Chris Colfer que j'adore dans ces livres tel le pays des contes, a fait un super travail, parce qu'il a réussi a m'emmener dans son univers, qui était totalement différent de celui auquel j'étais habitué, il a réussi a me faire rire, et à me faire pleurer. Et je le dit maintenant haut et fort, a chaque fois que j'ai fermé un de ces livres, j'ai pleuré. Je sais comme ça ça paraît presque honteux mais voilà, je suis fragile.

Le personnage de Carson est juste génial, personnellement je me suis énormément attaché a lui, a certain moment je me suis reconnu en lui comme pour sa relation avec certaine personne par exemple, on se point de vue sur certaine choses, tellement que même si ce qu'il faisait ce n'étais pas bien, je me disais non c'est son avenir qu'il est en jeux, je pense que je ferais pareil a sa place (sauf que moi je n'arrive pas a garder un secret pour moi donc tout le monde les connaîtrons tous avant que j'ai le temps de faire du chantage…). Son humour est juste génial, j'adore ce genre d'humour avec le sarcasme depuis le personnage de Stiles dans Teen Wolf.

«Et comme si cette zone de guerre quotidienne n'était pas suffisante, les survivants pénètrent ensuite dans un lieu tout aussi toxique : le lycée, cette bonne idée concoctée par la société pour y parquer tout les jeunes naïfs, pubères et agressifs dans un même lieu, afin qu'ils puissent se tourmenter et se traumatiser les uns les autres. Bravo, la société ! Une riche idée.»

Ce genre de répliques sont justes tellement drôle. Mais même si au lycée il a cette ambiance, ce caractère, c'est aussi un personnage très touchant qui m'a fait monté les larmes aux yeux dans certaine scènes comme celle avec sa grand-mère, ou avec sa mère, ou bien encore avec son père (même si là j'étais plus énervée qu'autre chose). Le deuxième personnage que j'ai adoré c'est Malerie, la seul personne volontaire pour faire partie du journal du lycée, cette fille que les autres trouves bizarre à tout filmer. Et pourtant c'est dans son rôle à elle que je me suis le plus reconnu, non ne vous inquiétez pas je ne filme pas tout dans ma vie. Mais elle a se côté innocent, et je ne sais pas vraiment quoi, mais en tout cas je me reconnaît énormément en elle...Sauf que moi je raconterais tout ce que j’apprends a tout le monde, alors qu'elle elle sait pleins de chose mais elle ne le dit pas. C'est une enfant intelligente….

J'ai donc adoré ce livre, qui frôle le coup de cœur, mais qui pour moi a une fin trop horrible, je ne comprend pas (enfaîte si je comprend) mais vraiment l'auteur était-il obligés de nous faire ça a la fin! De me faire enlever ce petit sourire parce que j'étais trop heureuse, pour le remplacer des larmes, et me laissait couler en position fœtale dans mon lit…

En bref: Lisez ce livre il vaut vraiment le coup, les personnages sont très attachant, le personnage principale possède un super humour, mais en même temps est très touchant à certain moment, l'histoire en elle même est un mélange d'humour et d'émotions… Mais ce livre est juste horrible en même temps…

vendredi 14 avril 2017

Chronique - La saveur des bananes frites

La saveur des bananes frites


«Tu sais les hommes sont des voyageurs depuis toujours, dit Papa Nsoah. Et leur grande intelligence, c'est de s'adapter à tous les milieux. C'est à toi maintenant de t'adapter! Tu verras, surtout à ton âge, ce n'est pas si compliqué.»

Jeunesse

Auteur: Sophie Noël
Maison d'édition: Magnard jeunesse
Date de sortit: janvier 2017
Nombres de pages: 160
Prix: 11,90 €

Synopsis: Saraphina vit avec son grand frère Jude à Paris dans un foyer pour jeunes étrangers. Quand elle passe devant les grilles de la Cité Paradis et ses beaux appartements, elle ne peut s’empêcher de penser à une autre cité : celle où ses parents ont vécu avant sa naissance, en Haïti, et qu’ils ont dû fuir suite aux « grands combats ». Depuis, la vie ne les a pas épargnés : après la mort de leur mère, Jude et Saraphina ont dû apprendre à vivre seuls. Mais Jude semble profondément attaché à ses racines, alors que Saraphina, née à Paris, préfèrerait parfois les oublier.
Au quotidien, elle s’applique surtout à rendre la vie plus légère. Au collège, elle s’intéresse à tout ; au foyer, elle aide Jude autant qu’elle peut, et rit avec Malik, qui lui fait voir la vie en couleur.
Mais quand tout tourne mal, l’horizon du retour en Haïti se dessine peu à peu comme seul échappatoire possible. Comment Jude et Sara parviendront-ils à affronter cette nouvelle page de leur histoire ?

Mon avis: Alors tout d'abord j'aimerais remercier Babelio, et sa masse critique pour m'avoir envoyés ce livre. Cette lecture que je pensais assez fraîche et divertissante, a été beaucoup plus profonde que je le pensais. Le personnage principale qui est Saraphina (malgré mon incroyable soucis pour prononcer correctement son prénom) est très attachante, c'est une petite pré-ados de 11ans qui est en sixième, mais c'est le genre d'ados que j'adore, c'est une bonne élève assez sage mais qui vas quand même se mettre dans un pétrins pas possible. Elle et son frère mon beaucoup touché, ils ont perdu leur deux parents, ce qui est horrible, et ils se retrouvent à vivre ensemble, et je les admires pour ça, on a l'impression que Jude s'entend très bien avec elle, qu'il ne réagit pas en jeune homme de 18 ans qui se disputent tout le temps avec sa petite sœur, mais comme un mini-adulte. Et ça me désole presque, ils ont du grandir trop vite, tout les deux. Vraiment, je trouve que les personnages sont vraiment attachant et limite familier, que ce soit Malik le meilleur ami de Saraphina, que j'adore qui me fait énormément rire, et qui me fait pensé à des personnages comme le meilleur ami de Felicie dans «Ballerina». Les soirée dans la cave de leur immeuble, avec toute les familles et les histoires de papa Nsoah, donne qu'une envie, être là-bas avec eux.
Le départ à Haïti, et les descriptions de l'auteur, nous apportes une vision que je pense réel que l'on a pas forcément, personnellement j'aurais jamais imaginé tant de ''bidonville'' comme cité soleil, avec des cochons noirs qui se promènent tranquillement, et des enfants qui jouent dans un ruisseau au milieu de l'eau qui était dans nos toilettes au départ, et donc au milieu et avec des excréments… Les maisons colorés, étant seulement ceux des riches…


Je vous conseille énormément, cette lecture qui reste assez jeunesse et donc assez tranquille, mais qui vous feras voir la vrai vie de la plupart des habitants des îles comme Haïti.